Depeche Mode Forum S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés Profil FAQ Liste des Membres Rechercher Groupes d'utilisateurs
Depeche Mode Forum
Information [Société/Urbanisme] Balise urbaine

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Depeche Mode Forum » Tout le monde en parle   
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
AuteurMessage
philippe

Community Manager





Inscrit le: 12 Mar 2004
Messages: 4636
Lieu : entre la seringue et mon vélo

Sujet du message: [Société/Urbanisme] Balise urbaine Répondre en citant

Chilpéric de Boiscuillé a écrit:
En un peu plus d'une décennie la révolution technologique a entraîné des mutations profondes et mis fin à un certain type de travail. Pour beaucoup, seule une pluriactivité permet d'assurer un revenu. À l'aller-retour entre lieu de travail et lieu de vie a succédé une sorte de mouvement continu, entrecoupé des pauses. Les villes ne sont pas adaptées à ces pauses. Comment assurer une forme de domiciliation temporaire qui offre, à la fois, bureau, consigne et sanitaire ? C'est à ces nouveaux besoins que tente de répondre le concept de balise urbaine. Mais le chômage, avec son cortège d'exclus et de sans-abri, l'a détournée de son but pour en faire, d'abord, une balise de survie et enfin une balise de solidarité,sur fond de polémique architecturale. Toutefois, ce microéquipement, destiné à une population de travailleurs nomades, est avant tout un complément de mobilier urbain. Il est la réponse, apportée par des étudiants en architecture, à un exercice original qui leur proposait de réfléchir à un nouveau mode de vie urbain. Ils n'ont pu réaliser leur projet qui était sans doute trop en avance.






Luca Merlini


Une balise urbaine est un lieu de service aux personnes Sans Domicile Fixe dont le concept a été élaboré par Paul Virilio. Le site d’intervention -exigu- et le programme -évolutif- renvoyait à deux «inventions» corbuséennes: la cité verticale et l’édifice à croissance continue. Le thème, lui, nous renvoyait à nos incertitudes. L’édifice incertain comprend la mise en place d’un espace-réseau qui sert de réceptacle à des espaces-programmes. L’espace-réseau est la construction de la grille des structures, des circulations et des fluides. Les espaces-programmes sont les locaux demandés par le cahier des charges. Le principe proposé répond simplement et efficacement à l’évolutivité des besoins en qualité ou quantité. Avec le choix d’une architecture qui contient son propre processus de fonctionnement et la recherche d’une technologie en adéquation avec l’objectif de simplicité suggérée par le concours, nous avons «construit» une idée.



Des concours ont vus le jour au début des années 90. Des manifestations, expositions de projets ont donnés lieu à des réactions violentes et spontanées par, il paraît , la population de Paris et de la France. LOL quoi!
Cette notion de balise est née dans la littérature mais avant tout, sur les bancs d’école.
En effet, ce sont des étudiants qui ont lancés ce concept avec leur professeur et directeur. Un peu comme un travail de fin d’étude… Cette démarche spontanée fut un véritable fiasco car le « pouvoir » a tout fait pour mettre des battons dans les roues de ce projet et de ces idées « anarchiques ». En fait il ne s’agissait que d’une impulsion un concept pour ouvrir le débat sur les SDF et autres personnes tombés dans la marginalité. Une volonté de les aider, non pas en essayant de les faire fuir ou de les assister financièrement ou autre…non juste , accepté cette état de fait. Assumé le ban.

Cette démarche remet tout en cause : politique, philosophique et société. Et puis ce projet fou fut quelque chose de difficile à mettre en œuvre car personnes pour écouter ou aider, mais aussi par le fait que les praticiens connaissent le programme d’une maison, une prison, une école, un hôpital,… mais ne connaissaient pas la situation des marginaux. Qu’elle lieu et besoin pour des personnes bannies (cf. ban-lieue, le lieu du ban, des bannis).

Récemment, en voyant un reportage sur les SDF à Paris, on a pu suivre la vie d’une personne tombé ,malgré lui, dans la précarité pendant 24 heures. Il existe effectivement des lieux regroupant des centaines de lits dans une seule pièce…. Cette personne n’a jamais trouvé le sommeil car peur pour sa sécurité mais sûrement aussi qu’il doit éprouver un malaise de ne pas posséder ou avoir un espace temporaire INTIME. Ce n’est pas parce qu’on est « banni » qu’on ne peut pas réclamer le minimum. Il est facile de tomber mais pour se relever, il n’est pas évident vu le parcours du combattant et surtout qu’ils ne reçoivent même pas une aide psy. Il ne s’agit pas d’être accompagné d’un psy mais qu’ils puissent au moins avoir l’impression d’exister.

Bref vaste débat. Triste réalité auxquels ses jeunes gens (et beaucoup moins jeunes) ont du rencontrer pour tomber ensuite dans les oubliettes….

Mais voilà…la politique craignait ces projets et ces idées rebelles il y a 20 ans et voilà qu’elle se retrouve devant un constat grandissant alors que ces scénarios catastrophes étaient annoncés depuis des décennies.
On vient de promettre un logement pour tous ! Hallelujah !

Chouette parole ! Mais euh…pourquoi annoncer ça alors que ce vieux monsieur est au pouvoir depuis des années ?? Il envoie plein de bonnes résolutions. Génial. Mais pourquoi faire ça à la fin de ses deux mandats ? Comprend pas tout là.
Bon c’est bien de le dire mais ils vont s’y prendre comment ? LOL Ils ont craché sur des personnes voulant le débat. Après 20 ans, On a assisté à « Une Chronique d’une mort annoncée ». Des sommités intellectuelles se sont penchées sur ce problème.. Vont-ils avoir des coucouniettes pour reconnaître leur erreurs et accepter ce qui est créer depuis 20 ans?

Nos pays riches ont un fameux problème avec les « étrangers ». C’est plutôt un problème de définition du mot étranger…. Pour la définition du mot d’étranger, il y a un beau dictionnaire écrit par un certain Albert C. Pour moi, l’étranger est une personne larguée, de son plein gré ou non, de notre société. Ce nombre augmente. Des personnes salariées ne savent pas se payer un logement …

Nous assistons à une fameuse mutation de notre société. Et ce, depuis que l’électricité fut démocratisé. Elle a provoqué une accélération progressive et a modifié nos rapports avec l ’ « autre » et le site. Au lieu de se plaindre, des gens se focalisent, positivement, sur notre vie et pour qu’on puisse vivre avec nous-mêmes. Mais personnes pour les écouter car trop punk sans doutes.

Rendez-vous dans 20 ans…


n+1 architectes (date de 94 !!!!)
Ville et violence



Balise urbaine nomades dans la ville
Chilpéric de Boiscuillé

N.B.: le mouvement des étudiants est principalement parti d'une école privée. La seule de France. C'est maman et papa Baron de la Jambière (sauce moutarde) qui ont du être contents! Ils ont déposés leur fiston avec un costard cravatte à l'école et 5 ans après, ils ont ramassés leur fiston habillé comme un "pouilleux" et un pavé dans le nez. Hilare
"Ecole privée, fournisseuse de 68ards labellisés"
_________________
Audi, vide, tace, si vis vivere (in pace)
Posté le:
Mar 09 Jan 2007 à 18:18
Top of PageVoir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web du posteur
Montrer les messages depuis:   
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Depeche Mode Forum » Tout le monde en parle  

Sauter vers:  
Key
  Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

PhpBB Modecelebration - All rights very much reserved 1999 - 2037 | Greetz to Raphmode.net for the fonts | Contact | Flux RSS