Depeche Mode Forum S'enregistrer Se connecter pour vérifier ses messages privés Profil FAQ Liste des Membres Rechercher Groupes d'utilisateurs
Depeche Mode Forum
Information [Musée] La Demeure Du Chaos

Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Depeche Mode Forum » Bla-Bla   
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant
AuteurMessage
Cryptogenesis

Chief Editor





Inscrit le: 04 Mai 2003
Messages: 1481

Sujet du message: [Musée] La Demeure Du Chaos Répondre en citant





La fumée. L'odeur du cramé. Il ne manque plus que ça. Une carcasse d'hélicoptère gît devant des barils de pétrole. Un avion s'est écrasé en plein jardin. Eventrés, carbonisés, les murs de l'ancien relais de poste du XVIIe siècle ont été bichonnés à la lance thermique. On cherche une touche de couleur, c'est du rouge sang qui dégouline entre les briques. Sur une tente kaki de militaire s'exhibe une tête de mort. Dans ce décor d'apocalypse, une pancarte signée par l'artiste Ben alpague le visiteur: «La fin du monde approche».

Le chauffeur de taxi avait pourtant juré: «C'est coquet, là-bas!» Saint-Romain-au-Mont-d'Or (Rhône), village chic aux pierres blondes niché le long de la Saône, à 10 kilomètres de Lyon. Bourgeois, résidentiel. Ici, la fontaine coule, la tourterelle roucoule. Un papy à casquette, chien en laisse, longe le mur griffé d'un tag bleu à peine sec: «Liban, silence: on tue!» Bienvenue à «Ehrmannland», la Demeure du chaos. Une usine à crashs de 12 000 mètres carrés tenue d'une main de fer par une machine à cash, Thierry Ehrmann, 44 ans, millionnaire iconoclaste et 307e fortune de France, selon le magazine Challenges.

Son business? Le succès planétaire du site Artprice.com, coté en Bourse. Son dada? Le glauque, le gothique. Alchimiste déjanté, ce PDG en rangers adepte du marteau piqueur et de l'acide chlorhydrique s'est mis à barbouiller méthodiquement de noir un somptueux domaine bourgeois acheté il y a une quinzaine d'années à Saint-Romain. Coulées de béton, tôle à la place de la tuile, sculptures rouillées, une «œuvre monumentale de déconstruction», se réjouit-il. Le massacre est orchestré de jour comme de nuit par ses soins. «C'est un mégalo qui ne respecte rien!» gronde un habitant. Franc-maçon, amateur d'ésotérisme, Ehrmann se régale: 45 artistes participent à ce happening permanent, qui lui a déjà coûté 2,5 millions d'euros.

Des Belges, des Hollandais, des Allemands, des fondus d'art, des curieux, des vieux, ça défile tous les week-ends dans les ruelles du bourg. Peu leur importe l'église romane du XIIe siècle avec son vitrail, classé monument historique, tous veulent découvrir «Grozny-au-Mont-d'Or». Ruines calcinées, voitures désintégrées, de l'art à la sauce Mad Max. «De l'art?» s'étrangle le maire, Pierre Dumont. Il a porté l'affaire devant les tribunaux. Le 13 septembre, la cour d'appel de Lyon doit arbitrer cette guerre de tranchées qui ébranle la bourgade de 1 000 habitants, où le moindre rafistolage de volet doit être autorisé par l'architecte des Bâtiments de France. «C'est un spectacle agressif et morbide, poursuit l'édile, une injure au Code de l'urbanisme. Il déborde sur l'espace public et on est obligé de le subir. A 6 ans, ma petite fille avait peur de passer devant! Cela vous amuserait de vivre nez à nez avec le visage de Ben Laden?» En première instance, le 16 février dernier, le tribunal a condamné l'homme d'affaires - sous peine d'une astreinte de 75 euros par jour - à remettre sa demeure en état, tout en reconnaissant son statut d'œuvre d'art.

Suicide social? Provocation d'un illuminé? Nul doute qu'il vous observe en train de longer ses murs peinturlurés de salamandres, le symbole de son groupe. Vêtu de noir, crâne à moitié rasé orné d'une fine natte, Thierry Ehrmann surveille, via des caméras, sur une quinzaine d'écrans, toutes les pièces de sa maison et de son siège social. Il se renseigne sur son visiteur. Si c'est un journaliste, épluche ses articles et, d'emblée, vous le fait savoir: «Cela ne vous gêne pas?» Il est assis à l'intérieur d'un anneau d'acier, son bureau à l'allure de vaisseau spatial. Trois marches à grimper, il s'extrait. Début de la visite. Là, une peinture de l'attentat du métro de Londres. Ici, des portraits gémellaires d'Arafat et de Sharon. Au fond de la piscine, à l'eau teintée de rouge, des lames de rasoir.

Au pied d'un cerisier, tendues vers le ciel, des poutrelles métalliques de 10 mètres de hauteur, la réplique des ruines du World Trade Center. C'est le choc du 11 septembre 2001 qui l'a poussé à reproduire chez lui un théâtre de guerre: «Le rôle du plasticien est d'obliger les gens à regarder les drames en face.» Et de citer Duchamp: «Une œuvre d'art qui ne questionne pas n'en est pas une.» Mais l'idée de convertir en portes de l'enfer sa demeure a germé en 1999. Sols, plafonds, murs, 28 pièces d'époque y sont passées. Il veut choquer. Pas question de créer le chaos en pleine friche industrielle: «Il fallait trouver un endroit où tout n'était que luxe, calme et volupté», jubile-t-il.

Il a fallu que ça tombe sur lui. Le voisin. Il ne veut pas dire son nom. Le matin, en ouvrant ses volets, un joli panorama l'attend. «Je vois le panneau “La fin du monde approche”, soupire-t-il. Avant d'aller bosser, ça me déprime!» Au village, les anti et les pro-chaos s'affrontent à l'épicerie ou à coups de missives. «Le week-end, c'est odieux, on se croirait à Saint-Tropez! soupire le retraité René Methel. Or Saint-Romain n'a rien à voir avec ça, c'est un village humble, tranquille. Nous sommes pris en otages.» Une douzaine d'habitants se sont regroupés pour dénoncer les parkings bondés et les touristes indisciplinés. Sur 480 foyers sondés, ils disent avoir recueilli entre 350 et 400 signatures. Ehrmann, lui, dégaine 54 000 cartes postales de soutien. «Il a une armada de juristes, raconte le maire. Des moyens énormes. C'est un procédurier qui ne communique que par fax, huissier et recommandé.»

L'écrit, c'est sa came, son shoot. Sa matière première. Sa prière du matin, à 9 heures, c'est la revue de presse au bistrot. Chez Ehrmann, l'info tourne à l'obsession, il la collectionne, l'archive: 15 000 classeurs, 270 000 manuscrits du XVIIe à nos jours, sept salles de conservation. «C'est freudien», lâche-t-il. Enfant, la presse était interdite à la maison, l'accès à l'info verrouillé par le père. Il n'y avait que La Croix. Et, le jour où le gamin a reçu Pif Gadget, ce fut un scandale: le canard était détenu par les cocos!

Un père polytechnicien. Une mère juriste. Une enfance bourgeoise, boulevard des Belges, à Lyon. Son géniteur a déjà 70 ans quand il en a 10. «Il y avait Couve de Murville à la maison, mais je n'y ai jamais vu d'enfants!» Il fréquente 18 établissements, en majorité cathos, un précepteur dominicain et la fac de théologie. L'éducation hyperstricte lui pèse. A 81 ans, sa mère vient de lui lancer: «Tout petit déjà, tu mettais le feu aux boîtes aux lettres!»

Chargé par le Vatican de gérer à travers l'Europe les biens de l'Eglise, son père, proche de l'Opus Dei, voyage de prélat en cardinal. Parfois, son fils l'accompagne. Une photo du château de Fribourg montre le petit Thierry, épanoui, au milieu de... 70 nurses. «Ça aussi, répète-t-il, c'est freudien.» Libertin, l'homme partage aujourd'hui sa vie avec deux femmes, la Française Nadège, mère de ses deux fils, et la Vietnamienne Josette Mey. «Trois générations de fils uniques dans la famille, ça marque, confie-t-il. J'ai voulu créer ma tribu.» L'autre clef du cas Ehrmann, c'est la guerre. Elle le fascine, l'obsède. Il l'a frôlée, ça le brûle encore. A la mort de son père, il hérite, à 18 ans, d'une usine chimique en Allemagne. La vend. Passionné de géopolitique, marqué par sa rencontre avec un psychiatre juif, le jeune homme file en Israël, puis dans le sud du Liban, où la guerre fait rage. Elle lui enlève sa compagne. Blessure à vie, à vif. «Un vrai choc», souffle-t-il. Pas de hasard. Sa dernière lubie, c'est un bunker, 120 tonnes d'acier et de verre blindé. Conçu avec le plasticien Mathieu Briand, il vient d'être exposé en juillet au Grand Palais, à Paris. Huit autres sont en préparation.

Son art délirant va-t-il contaminer tout le village? Un habitant a peint une porte bariolée. Un voisin, Marc Allardon, a créé la Maison de l'Eden, en opposition à la noirceur de la demeure: un animal de couleur jaune, Dudu, en carton et toile de verre, dépasse du jardin. «En face, les gens prennent un bon coup de cafard, explique cet entrepreneur en nettoyage; ici, une dose de bonheur.» De sa piscine, il voit le portrait géant de Bush, ce qui ne le perturbe pas plus que ça. «On s'habitue, les infos de 20 heures sur TF 1, c'est autrement plus violent, dit-il. C'est un grand timide, Ehrmann, un gars sympa. Je l'appelle M. Trois. Dès qu'il donne un chiffre, divisez-le par trois: s'il annonce 6 000 visiteurs le week-end: ça fait 2 000.»

De toute façon, ça fait trop pour le maire, qui ne veut rien lâcher. «Ici, juste pour percer une fenêtre, explique-t-il, il faut six mois de discussion et trois réunions avec les Bâtiments de France! Lui fait ce qu'il veut. Les gens n'y comprennent plus rien.» De son côté, Thierry Ehrmann bouillonne de projets. Dans six mois, le lierre et les plantes devraient dévorer le bitume de son no man's land. «Dans une société hyperréglementée, les gens trouvent un exutoire dans ce chaos, plaide-t-il. On reçoit 100 000 visiteurs en un an, des écoles, des jeunes de banlieue, c'est un musée gratuit à ciel ouvert.» Aux prochaines municipales, en 2008, l'homme d'affaires compte présenter sa propre liste, Romains libres. Il annonce l'élection la plus fun de France. Ça promet.

(Source : L'express du 10 au 16 août 2006)









Site Officiel
Des dizaines de photos du site et des évènements
Posté le:
Dim 13 Aoû 2006 à 14:26
Top of PageVoir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
philippe

Community Manager





Inscrit le: 12 Mar 2004
Messages: 4636
Lieu : entre la seringue et mon vélo

Sujet du message: Répondre en citant

Demeure du Chaos…. Nom bien ronfleur.

Une demeure? Pour le Chaos ? Pour quel Chaos ? Et comment ?

J’ai eu la chance d’assister à un reportage il y a quelques mois sur cet étrange individu. Pas si étrange à l’arrivée. Personnage énigmatique, ambigu, paradoxal, généreux, …, mais surtout profondément narcissique.
Il aime mettre plein de mystère autour de lui. Et pourtant, il n’a aucune pudeur, ni de respect à dévoiler certaines choses qui devraient normalement rester secrète voir intime. Ca ma suffit de comprendre qu’il cherche à épater la galerie ou s’approprier des termes génériques pour dire : « J’ai la vérité ! ».

Par sa démarche, il touche à un certain nombre de chose auxquelles j’y travaille depuis pas mal de temps. Sa fameuse demeure ne peut échapper à l’urbanisme ni à l’architecture, ni à la philosophie.
Chaos….. théorie du Chaos ? Le mot est lancé ! N’ayons plus peur. Ce terme à la mode, que tout le monde pense avoir compris et scande à qui veut entendre que nous sommes perdus ! Ce terme signifierait que nous sommes dans une époque de trouble et que chaque jours passés sont des jours bénis de l’an mille. Nous risquons tous d’y passer !

Il n’en est rien. De toutes les personnes que j’ai pu côtoyer ou lire ayant un rapport de près ou de loin avec cette vision du monde, personne ne désire faire un constat de mort imminente ou de fin de monde. Ca risque d’être long et fastidieux de la développer ici mais résumer cette théorie par le fait que notre époque est un domino en train de tomber et que notre « ici et maintenant » est en plein mouvement sur ce domino, me paraît une des définitions assez juste. Cette théorie est à la base positive.

La théorie du Chaos a donné naissance au déconstructivisme. Mouvement architectural rendu célèbre par les fameux échafaudages russe ou plus près de vous : par des « stars » françaises de l’architecture (Nouvel, Tshumi, Parent, Seigneur, …). Etonnamment, ce constat (sans doute alarmiste) à donné une dynamique dans plein de domaine de pensée. Formaliser le chaos par des chars ou des échafauds de toutes sorte sous un treillis militaire, c’est un peu résumer le monde de la B.D. par le Parc Astérix….ça n’a rien à voir. Et pourtant, « Welcome to Dyneyland » ….

J’ai visité et dialogué avec pas mal de monde qui se revendiquait du déconstructivisme ou adhérent à la théorie du Chaos. Cette théorie est malheureusement très peu enseignée dans les écoles d’élite françaises ou européennes. Et pourtant elle semble l’une des approches essentielles pour mieux comprendre notre époque et peut être la trajectoire que nous pourrions suivre. Trajectoires aléatoires. C’est ce terme que cette dynamique prend l’essence. Voguons sur cette vague de domino qui s’échappent sous nos pieds et aidons-là (ou servons-nous d’elle) pour mener au mieux notre futur. Si non, notre présent.

Le but des déconstructivistes est saine et de bonne intention pour l’homme. Claude Parent, l’un des précurseurs, définissait l’architecture comme un film qui devait avoir un bon scénario. Ce scénario devait être comparable avec un électrocardiogramme : le film est bon, le graphe s’emballe (mystères, suspens,…); le film est mauvais, le graphe est plat (aucune saveur, aucunes surprises). L’architecte doit se servir de l’ « angle mort » pour donner envie der découvrir ce qu’il se cache tout en lui procurant des plaisirs de la vue, de l’ouïe, l’odeur, le touché,… . Voilà le but. Tout simplement. Rien de tapageur. Juste la volonté de faire ressentir milles et unes chose à l’individu vivant dans un lieu.
L’instabilité est un formidable facteur d’émotion. Nous retrouvons donc un grand nombre d’architectes ou de penseurs utilisant l’éclatement de l’objet pour lancer une multitudes d’évènements susceptibles d’émouvoir une personne. Ce qui donne souvent une vision catastrophique au résultat. Mais pas toujours.

On peut donc faire ce constat : le déconstructivisme est généreux et remplit d’espoirs.

Nous sommes actuellement à la transarchitecture voir même la métaarchitecture. Courants dans le même prolongement que le déconstructivisme mais intégrant la vitesse et nos modèles virtuels.

A partir d’un constat assez simple, l’idée est de se refocaliser sur l’essentiel : l’homme et son milieu. Alberti & co ne sont plus. Nous n’avons plus de préceptes stables et palpables pour aider à formaliser ou quantifier nos besoins premiers. Notre vision du monde a muté. Nous voyageaons à la vitesse de la lumière sans même nous déplacer. Faire marche arrière c’est comme faire demi-tour sur une autoroute.

Donc oui, ce projet de demeure du Chaos est une vaste couillonnnade. Détruire une bâtisse du 17ieme siècle avec un certains style ne me gêne aucunement. Mais quand je vois pour quelle utilisation…. Arff…
Vivre au quotidien avec un environnement aussi négatif, voir hostile, ne me procure pas beaucoup de jouissance. Et cette imposition à ce contexte particulier de ce village me semble d’une arrogance extrême. Le Fresnoy s’intègre, cet agglomérat repousse son contexte par son arrogance et sa médiocrité. Voilà donc le paradoxe de ce Monsieur. Il crie haut et fort qu’il appartient notamment à la franc-maçonnerie mais il impose son caca au monde entier….étrange. Drôle de coco.

Même son bunker….un petit vieux punk avait fait une chapelle en bunker dans les années 60. Faudrait peut être aussi lui expliquer que nos maisons sont déjà des demeures du chaos. Et pourtant ma maison ne ressemble pas à la sienne. Et c’est tant mieux.

Chacun fait se qu’il veut, du moment qu’on emmerde pas les autres… Marre de cette fausse représentation qui cherche au final à faire peur ou susciter le pire.

La Villa Dall Ava est une demeure du chaos. Mais quel plaisir d’y habiter….
http://www.coop-himmelblau.at/coophimmelblau.html
http://pros.orange.fr/quatuor/exArD2.htm
http://inconstruct.com/
http://ooo.nl/libeskind/home.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Daniel_Libeskind
http://www.arte.tv/fr/connaissance-decouverte/architectures-bilbao/Architectures/411848.html
http://www.lapenseedemidi.org/revues/revue3/rubrique/7_carnet.pdf#search=%22seigneur%20francois%22
http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Tschumi
http://www.archilab.org/public/2000/catalog/novak/novakfr.htm
http://www.centrifuge.org/marcos/
….


N'empêche, merci de mettre des topics de ce calibre. Wink
_________________
Audi, vide, tace, si vis vivere (in pace)
Posté le:
Mar 22 Aoû 2006 à 11:19
Top of PageVoir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privéVisiter le site web du posteur
danywilde36

Poste pour oublier

Poste pour oublier



Inscrit le: 26 Jui 2006
Messages: 264
Lieu : St Maur, Châteauroux, nickel !!!

Sujet du message: Répondre en citant

Comment dire, c'est au dessus du surréalisme, limite punk-prozaquien !
_________________
Birdie num-num.....
Posté le:
Ven 06 Oct 2006 à 16:12
Top of PageVoir le profil de l'utilisateurEnvoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet
Depeche Mode Forum » Bla-Bla  

Sauter vers:  
Key
  Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

PhpBB Modecelebration - All rights very much reserved 1999 - 2037 | Greetz to Raphmode.net for the fonts | Contact | Flux RSS